XV - 11

Il se redressa vivement pour tourner la tête vers elle et son visage devint livide. La jeune fille qui se tenait prés de lui n’était plus Manon. Ces cheveux noir corbeau, ce regard brun, plein de mélancolie, tourné vers le sien…


- C… Charlotte ?!


La jeune fille lui adressa un pâle sourire avant de commencer à disparaître peu à peu sous ses yeux.


- Nan, attend !


Blog de philosophia3128 : Philosophia, XV - 11


Trop tard. Moins d’une seconde lui avait suffit pour s’évanouir complètement dans les airs. Comme si elle n’avait pas été là. Comme si elle n’avait jamais existé.


- Tu n’aurais pas pu l’empêcher. Tu n’pouvais rien pour moi. l’entendit-il lui dire dans son dos.


Il se retourna. Le couloir avait disparut : il se trouvait maintenant sur le toit de son ancien lycée. Quand il le réalisa, la terreur lui marqua les traits. Tout était en train de recommencer. Charlotte, le regardant avec sa triste tendresse habituelle et lui, planté là, incapable de bouger.


- C’est le bon côté du bâtiment cette fois. dit-elle en examinant le vide derrière elle. C’est bien plus haut : ça devrait mieux s’passer qu’la dernière fois.


- Non, ne fait pas ça… chuchota Adrian, les larmes lui venant aux yeux. Je t’en pris… Tu n’auras pas d’autre chance… tu n’survivras pas à cette seconde chute…


Elle lui sourit à nouveau.


- Ne t’en fais pas, tout ira bien. dit-elle.


Non, ça n’irait pas. Plus rien n’irait après ça.

Il se précipita vers elle mais il était trop tard. Elle avait déjà reculé du dernier pas qu’il lui restait encore à faire pour chuter dans le vide. Il se jeta alors en avant, le bras tendu vers elle pour la rattraper, en vain. Ses doigts se refermèrent sur le vide et elle tomba, tomba, sous ses yeux horrifiés, la tête la première pour ne pas se louper cette fois-ci.


Blog de philosophia3128 : Philosophia, XV - 11


Il détourna vivement le regard avant le choc fatal. Mais il ne put malheureusement pas échapper au bruit épouvantable du corps se fracassant sur l’asphalte. Ce bruit qui avait hanté ses cauchemars pendant des semaines et des semaines. Il roula sur le côté, le souffle court. Sa cousine et meilleure amie venait de disparaître à nouveau sous ses yeux. Une fois n’était-ce pas assez ? Comment devait-on survivre à ce genre de chose ? Que devait-on penser quand la personne qu’on aimait le plus au monde, préférait ça à votre amour pour elle ? À votre simple présence à ses côtés.

Il rouvrit brusquement les yeux. Son amour pour elle… Non, c’était faux. Il ne l’aimait pas. Pas comme ça en tout cas. Tous ces crétins et leurs commérages… Ils avaient tous faux. Ils se trompaient tous. Même lui. Il n’était pas amoureux d’elle. Non.

Il l’avait compris en la rencontrant elle. Ses sentiments et ses craintes la concernant, étaient bien plus fort que ce qu’il avait pu ressentir pour elle. Même ce jour là.

jeudi 27 décembre 2012 14:59 , dans Chapitre XIII à XV




1 Fan

Aucun commentaire pour l'article: XV - 11



Votre commentaire :

(facultatif)

(facultatif)

error

Attention, les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits sur ce site.Si une personne porte plainte, nous utiliserons votre adresse internet (107.20.131.154) pour vous identifier.     


ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à philosophia3128

Vous devez être connecté pour ajouter philosophia3128 à vos amis

 
Créer un blog