XV - 7

- Je fais déjà tout c’que j’veux d’toi. répondit froidement Mitchell pas plus fort qu’elle, en la saisissant par le bras pour la maintenir fermement à ses côtés. Tu n’es qu’une trainée. Ce type devrait m’remercier pour l’avoir débarrasser d’un tel boulet.


Elle grimaça de honte et de douleur.


- relâches-la. ordonna Antony, aussi calmement que la colère le lui permettait, le regard menaçant. Tout de suite. Ou tu vas le regretter.


Valérie releva instinctivement la tête vers lui, les yeux embués.


Blog de philosophia3128 : Philosophia, XV - 7


C’était plus qu’il ne lui en fallait. Il n’attendit pas que Mitchell KRPES lui obéisse et il se jeta entre eux pour les séparer lui-même. D’une main il le força à la lâcher pour l’éloigner de lui tandis que de l’autre il lui administrait un coup de poing magistral dans la mâchoire qui le fit reculer de plusieurs pas en arrière.


- C’est parfait. grogna Mitchell en se redressant tant bien que mal en s’aidant de la porte de la salle de bain. Nous ajouterons donc " coup porté sur un Agent Municipal " en plus de l’inculpation d’effraction. C’est vraiment parfait. Valérie passes-moi mon téléphone. ordonna-t-il en se tournant vers elle.


Mais elle ne bougea pas d’un pouce.


- Qu’est-ce que t’as fait ? gémit-elle les yeux rivés sur Antony, terrifiée. Qu’est-ce que t’as fait ?


Il venait de tous les condamner. Lui. Elle. Lalia. Ses parents. Rien, non rien de ce qu’elle pourrait dire ou faire désormais ne pourrait plus calmer Mitchell et l’empêcher de mettre ses menaces à exécution. Tout était fini. Il venait d’aller trop loin.


- Valérie ! s’impatienta Mitchell. Fais ce que j’te dis : va m’chercher mon putain de téléphone !


Elle revint brusquement à la réalité, juste à temps pour voir Antony se jeter à nouveau sur lui. Mais il ne se laissa pas faire et il l’entraina avec lui jusqu’à la table de verre du salon-salle à manger où il le projeta violement. Elle s’écarta d’eux vivement pour ne pas recevoir de coup perdu et les observa sans rien trouver à faire pour les séparer, regrettant son impuissance.


Blog de philosophia3128 : Philosophia, XV - 7


Les murs de chaque appartement de l’immeuble avaient été construit suffisamment épais pour assurer une totale discrétion à chacun de leurs propriétaires. Personne à proximité de celui de Mitchell KREPS ne sut donc ce qu’il s’était réellement passé ce soir là.

On apprit qu’une semaine plus tard, lorsque l’affaire fit la Une des journaux locaux, qu’il y avait eu un incendie à l’intérieur et que le jeune couple qui y vivait, y avait succombé. Le rapport concluait à un accident inexplicable, personne n’étant en mesure d’expliquer convenablement ses causes ni quand il avait put débuter précisément.


Mais pour l’heure, tout ceci n’avait eu lieu que la veille et personne encore ne soupçonnait un tel drame. Adrian venait de sortir de chez ses parents pour se rendre à son lycée, comme chaque jour. Mais ce matin là son estomac était noué. Il n’avait pratiquement rien pu avaler.

dimanche 23 décembre 2012 18:12 , dans Chapitre XIII à XV



Aucun commentaire pour l'article: XV - 7



Votre commentaire :

(facultatif)

(facultatif)

error

Attention, les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits sur ce site.Si une personne porte plainte, nous utiliserons votre adresse internet (54.204.67.26) pour vous identifier.     



Accueil | PC | PS3 | 360 | Wii | 3DS | DS | PSP | IPHONE | Web |
Jeux du moment : Battlefield 3 PC | Battlefield 3 PS3 | Minecraft 360 | FIFA 12 Wii | FIFA 12 DS
ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à philosophia3128

Vous devez être connecté pour ajouter philosophia3128 à vos amis

 
Créer un blog